avec ma première jument, Tarine, rencontrée sur un parc d’attractions en Vendée. Sa robe léopard a fait chaviré mon cœur sensible d’adolescente. Et si "au royaume des aveugles les borgnes sont rois", Tarine était déjà borgne mais devenir sa propriétaire a fait de moi une reine. J’étais alors âgée de 14 ans, elle en avait deux. Aucune autre passionnée des chevaux dans la famille malgré trois sœurs. Un ami aurait saoulé ma mère d’histoires de canassons lorsqu’elle était enceinte de moi. Les murs ont parfois des oreilles, pourquoi pas les ventres ! J’ai travaillé durement pendant deux étés pour m’offrir la compagnie de Tarine et je ne regrette rien. Aujourd’hui, c’est la doyenne de notre élevage et elle m’apporte toujours autant de plaisir, elle est devenue un peu ma confidente.

C’est âgée de 11 ans que Tarine fait la connaissance de son premier fiancé… bien entendu arabe ! Il s’agit d’Al Srir, stationné chez Margueritte Ulmer à Cogolin (83). Il est issu d’une souche espagnole par Alhabac et donnera un merveilleux fils à Tarine, Just Timberline. C’est avec lui que, plus tard, je découvrirai l’endurance. Nous apprendrons ensemble et irons jusqu’à 60 km à Uzès où il sera jugé "excellent" à la finale des jeunes chevaux. Malheureusement, un mois plus tard une colique l’emportera et ce lourd départ pour moi m’éloignera des courses durant plusieurs années.

Alors que Tarine était pleine d’Al Srir, je pars à la recherche d’un étalon arabe noir à la vente. Et oui, comme le héros des livres de Walter Farley "L’étalon noir" qui a bercé mon adolescence et celle de bien d’autres ! Seulement, nous sommes en 1996 et ces perles noires sont encore plus rares qu’aujourd’hui. Ne parvenant pas à trouver de noir, je rencontre, à tout hasard, Mme Mercier du Haras du Lac à Puylaurens (81). Elle me propose un étalon pur égyptien de 5 ans à la vente, il est gris cendré et son élégance l’emporte sur sa couleur. Une véritable gravure ! Ses origines prestigieuses sont encore pleines de mystère pour moi mais le discours de Mme Mercier est si élogieux... Cette rencontre avec Mahdan constituera une étape importante vers les Ecuries el Mazel. J’étais alors loin de penser que Mahdan serait, plus tard, papa d’un poulain noir de toute beauté avec Classic Shams, jument alezane par Alidaar appartenant à Georges Maillan, Entrevennes (04).

Et évidement, pour débuter cette aventure "d’arabes et de couleurs" Tarine et Mahdan ont été unis pour donner naissance à Paddishah, DSA… noire ! Mahdan était un peu mon "magicien des robes" ! Maintenant décédé, Mahdan apporte encore beaucoup au travers de ses descendants qui constituent une partie de la base des Ecuries el Mazel, notamment : son fils, Ibn Mahdan Soime, étalon pur-sang arabe, son petit-fils, Shalim el Mazel, étalon pur égyptien noir homozygote et Paddishah IRE*, poulinière à l'élevage.

Que les puristes de l’arabe ne se méprennent pas, il s’agit nullement de dénaturer la race arabe mais bien de l’utiliser, comme il a déjà été tant de fois fait par le passé, en tant qu’améliorateur. Conserver ses qualités morpho-logiques et sa bonne récupération cardiaque en apportant une robe originale à nos poulains.

L'histoire commence...

Tarine du haut de ses 26 ans.